Mardi matin (29.05.2018) à 06h00 une action policière coordonnée a eu lieu dans quatre pays européens différents. Les actions étaient liées aux événements du sommet du G20 en juillet dernier à Hambourg. En Suisse, nous avons eu – que nous sachions – trois opérations en même temps.

A Bremgarten, ont été perquisitionnés le KuZeB (Centre Culturel Bremgarten) et un appartement privé à la recherche de suspects ; Au même moment, une maison a été perquisitionné près de Winterthur, où une personne a été arrêtée. Au cours de cette perquisition, trois autres personnes ont également été arrêtées, l’une d’entre elles pour non possession de de permis de séjour, les deux autres étant clairement recherchées par la police pour d’autres accusations non liées aux événements du G20. Tous deux ont été emmenés au parquet de Zurich et une détention préalable a été demandée. Le juge de l’éducation et des arrestations décidera dans les prochains jours à ce sujet, d’ici là les deux personnes restent à la maison d’arrêt de Zurich (ProPoG).

Parallèlement, la police a transféré la troisième personne au bureau des migrations, d’où elle a été libéré peu après avec une condamnation pour violation du droit de séjour. De son côté, la personne initialement recherchée est de nouveau libre. Tout d’abord, elle a été amené et interrogé au bureau du procureur de Baden (Argovie) dans le cadre de la demande d’assistance judiciaire émise par Hambourg, et a été libérée peu de temps après.

Cette grande opération de mardi était prévue depuis longtemps: une coordination de la police de Hambourg, des autorités judiciaires européennes d’Eurojust et de la police des pays respectifs. En Suisse, les forces de police cantonales d’Argovie et de Zurich sont intervenues et ont été dirigées et coordonnées par la police fédérale Fedpol.

Au total 150 policiers sont entrés en action  – y compris une unité mobile. Le commando spécial Argus a également participé à l’opération, c’est lui qui a attaqué l’appartement privé de Bremgarten en menottant et baillonant tous les habitants.

Au même moment, une soixantaine policiers titanesques et harnachés entraient au Kultur Zentrum, cassant toutes les portes et restant tranquillement dans la maison pendant une bonne heure sans qu’une personne de référence ou «usager.e» du Centre soit présente. À la fin, ils ont confisqué et transporté deux remorques remplies d’objets différents.

Il ne s’agit pas de qualifier cette action policière de « disproportionnée », chaque action policière en est une de trop! Mais il semble évident que ce show a servi de prétexte et d’occasion à un exercice de masse, délibérément exagéré par les médias pour démontrer une prétendue force et pour nous intimider.

Peu importe que les personnes touchées soient ou non «coupables». Notre solidarité ne connaît aucune logique étatique et s’applique à tous les accusé.es du G20.

Repris par roundrobin.info de : rrn.tracciabi.li